Sans titre - 1_Plan de travail 1
Sans titre - 2_Plan de travail 1
Sans titre - 3_Plan de travail 1
Sans titre - 4_Plan de travail 1
Sans titre - 5_Plan de travail 1
Sans titre - 6_Plan de travail 1
Sans titre - 7_Plan de travail 1
Sans titre - 8_Plan de travail 1
Sans titre - 9_Plan de travail 1
Sans titre - 10_Plan de travail 1
Sans titre - 11_Plan de travail 1
Sans titre - 12_Plan de travail 1
previous arrow
next arrow

Création Mars 2020 au Phénix à Valenciennes

Direction artistique et Conception
Noëmie Ksicova
Texte
Noëmie Ksicova en collaboration avec Cécile Péricone et les comédiens
Mise en scène
Noëmie Ksicova
Cécile Péricone
Avec
Lumir Brabant
Anne Cantineau
Juliette Launay
Théo Oliveira Machado
Antoine Mathieu
Noëmie Ksicova
Compositeur
Bruno Maman
Création lumière
Annie Leuridan
Scénographie
Céline Diez
Son
Morgan Marchand
Régie générale et régie lumière
Louise Rustan
Regard chorégraphique ponctuel
Johan Amselem
Regard dramaturgique ponctuel
Camille Louis
Administration
Sarah Calvez
Production, Diffusion, Presse
Carole Willemot / AlterMachine
Décor
L’Atelier du Théâtre du Nord
Production
Cie Ex-Oblique
Coproduction
Campus décentralisé Amiens-Valenciennes
Pôle européen de création
Le Phénix
Scène nationale de Valenciennes
La Maison de la Culture d’Amiens
Soutien
La DRAC Hauts de France
La Région Hauts de France
La SPEDIDAM
Le Théâtre du Chevalet
Scène conventionnée de Noyon
CDN de Bethune
Le Théâtre Paris Villette

Durée : 1h10

« Les morts ne sont morts que si on les enterre. Sinon ils travaillent pour nous, ils terminent autrement ce pourquoi ils étaient faits. Nous devons les accompagner et les aider à nous accompagner, dans un va et vient dynamique, chaud et éblouissant »
Vinciane Desprets, Au bonheur des morts

Loss Perte en Anglais
Loss c’est prendre soin de nos fictions, de nos fantasmes. Surtout prendre soin de nos morts, de l’absence.
Loss c’est l’histoire d’un adolescent, Rudy qui se tue et c’est l’histoire de ceux qui restent en refusant l’injonction du deuil comme obligation d’oubli.

Qu’est ce que tu fais toi de tes morts ?
Comment tu vis avec ?
Est ce que tu prends soin d’eux ?
Tu parles à tes morts toi ?
Et eux est ce qu’ils te parlent ?
Tes morts à toi est ce qu’ils sont vivants ?

Loss  c’est l’histoire d’un garçon de 17 ans, Rudy, élève de terminale qui, un matin, quitte son cours d’anglais, sort de son lycée, demande une cigarette, va à la gare et se jette sous le premier train qui passe. Ce sera pour ses proches, l’histoire de ce deuil. De leur volonté farouche à le garder vivant.
Nous vivons aujourd’hui dans une société qui par souci de survie a proscrit la signification tragique. Aujourd’hui, la maladie, la folie, la mort sont des choses tabous ou alors on les accepte mais pas trop longtemps et pas trop près. Je ne sais plus où j’ai lu que la civilisation serait née à partir du moment où l’homme a décrété qu’il fallait enterrer son semblable parce que voir la mort, y être confronté, l’avoir devant soi, ça menace la tranquillité des vivants. Dans Loss, on est face à une famille qui refuse le travail de deuil; par travail de deuil j’entends l’injonction à apprendre à vivre sans.
Eux, ils n’enterrent pas leur mort. Ils déterrent.
Est ce que le travail du deuil doit être réduit à apprendre a vivre sans? Pourquoi le seul destin des morts serait leur inexistence ?
Si on lisait ça dans du théâtre antique, dans de la mythologie, ça nous choquerait pas et moi ce qui m’intéresse, c’est de ramener ça: ces sentiments exacerbés, ces « trop », ce jusqu’au boutisme, cette obstination qui explose tout conformisme attendu, voulu par une société qui lisse, qui se surprotège. Je veux ramener des héros, des héroïnes, grecques, mythologiques dans nos appartements d’aujourd’hui.
Je crois que mon théâtre d’une certaine manière au tout cas pour celui la et celui d’avant c’est de faire de faire un zoom sur des personnes à priori banales pour aller trouver le surhumain qui aujourd’hui serait qualifier de folie mais qu’on trouve incroyable dans nos histoires antiques aujourd’hui la majorité des héros et héroïnes grecques serait dans un asile.
Mon théâtre parle de personnes, qui, par nécessité impérieuse à un moment, décide d’aller au bout de ce qu’elles ressentent. Nous, ces idées nous traverseraient sûrement, mais on les tempèrent parce qu’on nous dit que c’est impossible. Eux ils poussent leurs désirs et leurs besoins jusqu’au bout.
Donc cette famille Guyomard va réinvoquer la présence de leur enfant, de leur frère, par le biais de la petite amie qui prendra la place du fils disparu en mettant ses vêtements, en se mettant dans ses places. Elle, elle l’attend. Sûre qu’il reviendra.

Noëmie Ksicova, Mars 2019

Dates à venir

Les 4 et 5 décembre 2021 : CDN de Sartrouville dans le cadre du Festival Impatience
Du 1 au 3 février 2022 : L’Oiseau Mouche à Roubaix, programmé dans le cadre du nomadisme de La rose des vents,
Scène nationale Lille Métropole, Villeneuve d’Ascq
Mars 2022 : La Comédie de Béthune CDN des Hauts de France
Du 17 au 28 mai 2022 : Théâtre des Célestins, Lyon

Tournée 22/23 en cours de construction
Loss-1
Loss-2
Loss-3
Loss-4bis
Loss-5
Loss-6
Loss-7
Loss-8
Loss-9bis
Loss-10
Loss-11
Loss-12
Loss-13
Loss-14bis
Loss-15bis
Loss-16
Loss-17
Loss-18

© Photos Loss / Simon Gosselin